53 rue des duriez 59420 Mouvaux
+33 766 415 559
newlifelille @ gmail.com

Qu’il est bon de s’aimer !

Célibataires Exigeants sur Lille Métropole (Groupe Privé )

Qu’il est bon de s’aimer !

Je m'aime

” Sans amour, tout va mal “

L’AMOUR EST UN BESOIN FONDAMENTAL

L’être humain est incroyablement complexe. Il a tout un flux de besoins à satisfaire, que ce soit sur le plan physique, émotionnel, mental ou spirituel. Expérimenter la frustration dans l’un de ces domaines, c’est parfois s’exposer à une souffrance qui va nous affecter dans notre globalité. Mais l’amour – l’amour de soi et l’amour que nous portent les autres est un besoin tellement essentiel que son absence contribue à affadir l’existence et entraîne de nombreux échecs. On peut même affirmer que la première cause d’insatisfaction est l’absence d’amour. Ce besoin fondamental l’emporte sur tous les autres. Sans lui, il est impossible d’être pleinement épanoui. L’amour s’accompagne d’un sentiment de sécurité qui est le fondement d’une vie prospère. Peu importe votre richesse matérielle, vous n’en jouirez pas pleinement si vous n’éprouvez pas d’amour envers vous et si vous ne partagez pas ce sentiment avec ceux qui vous sont proches. Rien ne supplante le besoin d’amour. Il est primordial. En substance, je vous dis que votre plus gros souci est d’être incapable de satisfaire ce besoin et que ceci engendre une foule d’autres problèmes.

N’oubliez pas que tout commence par l’amour de soi. En effet, si vous manquez d’estime pour vous-même, il sera difficile aux autres de vous apprécier. L’estime de soi est indispensable si on souhaite être aimé par autrui comme on le mérite. Nous sommes tous nés avec une valeur qui nous est propre. Personne au monde ne pourrait être un meilleur vous-même. Vous avez une place spécifique dans l’univers et il vous appartient de trouver votre voie, de découvrir ce que vous avez à offrir au monde, pourquoi vous êtes là. Une fois que votre maturité vous a permis de l’entrevoir, passez à l’action ! C’est ainsi que vous atteindrez un sentiment de plénitude et que vous vous sentirez intensément vivant. Cessez donc de masquer votre réelle personnalité, acceptez-vous tel que vous êtes et aimez-vous !

Lisez les questions et réponses suivantes et réfléchissez :

  • Q : Pourquoi vous énervez-vous quand vous réalisez qu’on ne vous apprécie pas à votre juste valeur ?
  • R : Parce que vous êtes intimement convaincu d’avoir une grande valeur.
  • Q : Pourquoi portez-vous des vêtements seyants ?
  • R : Parce que vous êtes soucieux du regard des autres.
  • Q : Pourquoi voulez-vous être aimé ?
  • R : Parce que vous êtes persuadé de le mériter.

Du plus profond de vous-même, vous désirez être aimé, qu’on reconnaisse votre valeur et que l’on vous accepte tel que vous êtes, tout simplement parce que vous savez que vous le méritez. Il est malheureusement possible que, comme de nombreuses personnes, vous vous soyez coupé de cet amour-propre qui vous animait quand vous étiez petit enfant.

QUE SE PASSE-T-IL QUAND VOUS VOUS AIMEZ VOUS-MÊME ?

Quand vous vous aimez vous-même, vous devenez capable d’exprimer pleinement vos talents en présence d’autres personnes sans craindre leur jugement. Plus on a d’estime de soi, plus on peut se révéler face au monde ! Et plus vous vous montrez sous votre véritable jour, plus il devient facile aux autres de vous aimer de manière authentique, plutôt que de se fonder sur l’image fausse que vous leur renvoyez quand vous portez un masque.

Mais ce n’est pas tout : plus on vous aime, plus votre amour-propre peut s’épanouir ! C’est un cercle vertueux où l’amour grandit et où l’on s’exprime de plus en plus librement.

  • Je m’aime davantage
  • Je révèle davantage qui je suis
  • Les autres peuvent m’aimer davantage
  • Je m’aime encore plus, etc

Si vous n’avez pas suffisamment d’estime de vous-même et que vous travestissez votre personnalité pour mieux plaire aux autres, c’est le contraire qui se produit. L’amour décroît et vous vous sentez de moins en moins libre de vous exprimer de manière authentique.

  • Je m’aime de moins en moins tel que je suis
  • Je cache une partie de qui je suis (je porte un masque)
  • Les autres aimeront moins la personne que je suis réellement
  • J’aime encore moins la personne que je suis réellement, etc.

Avoir de l’amour pour soi, c’est devenir capable d’aimer les autres.

Avoir plus d’amour pour soi, c’est potentiellement avoir plus d’amour à donner aux autres ! Vous êtes mieux à même de les apprécier. Ainsi, le monde change… Car il est le miroir de ce que nous sommes. Chacun l’entrevoit à travers des lunettes dont les verres sont teintés ; et leur couleur dépend de la manière dont on se considère soi-même. Ceux qui détestent les autres se haïssent généralement eux-mêmes. Très souvent, quand on désapprouve ce que font les autres, cette désapprobation révèle ce qu’on n’aime pas en soi.

Apprendre à être soi et à s’aimer, c’est un premier pas fait en direction des autres. C’est ainsi qu’on parvient à mieux les accepter, à leur accorder de l’importance, à les aimer et à enrichir nos relations.

Le monde est un miroir où nous apercevons notre reflet. Au fil des pages, vous allez entreprendre un voyage qui vous permettra de renouer avec l’amour de soi. Et votre première étape sera de découvrir l’origine de ce sentiment merveilleux…

Ceux qui détestent les autres se détestent eux-mêmes.

LES ORIGINES DE L’AMOUR DE SOI

Vous êtes né avec une immense réserve d’amour-propre qui est naturellement insufflé en chaque bébé. Avez-vous déjà vu un nouveau-né qui n’est pas avide d’amour et d’attention ? Imaginez-vous un bébé qui ne fasse pas ressentir – en s’agitant voire en pleurant – qu’il n’a pas eu sa dose d’amour et d’attention ? Imaginez-vous qu’il puisse exiger qu’on l’oublie un peu, ou qu’il se plaigne de recevoir trop d’amour ? Quand nous étions de très jeunes enfants, nous ressentions tous de l’amour et de l’acceptation à notre égard. Par contre, à l’âge adulte, il nous est souvent difficile de faire voir aux autres que nous avons de l’amour-propre, voire même de l’admettre. Nous avons en effet appris qu’en faire état pouvait nous mettre en danger et qu’il était bien plus sûr de le cacher. Mes recherches m’ont permis de mettre à jour cinq idées que nous intégrons inconsciemment en grandissant et qui nuisent à l’estime de soi. L’effet qu’elles ont sur notre psychisme peut perdurer jusqu’à la fin de nos jours !

Voici les messages qui nous poussent à ne pas nous aimer :

  • 1. C’est mal d’avoir de l’amour-propre
  • 2. C’est mal d’avoir des désirs égoïstes
  • 3. C’est mal de se montrer tel que l’on est
  • 4. C’est mal de commettre des erreurs
  • 5. C’est mal d’exprimer ce qu’on pense

L’AMOUR-PROPRE EST LÉGITIME

Quand vous étiez jeunes, on vous faisait comprendre qu’il était malvenu de développer à votre égard de l’amour et de l’acceptation. On vous disait que c’était de la vanité. Vous avez aussi intégré l’idée qu’il valait mieux ne pas montrer aux autres l’estime que vous vous portiez, car cela vous valait des critiques. Imaginez que vous arriviez à une soirée et qu’un convive vous dise : « Wouah, tu es magnifique ce soir ! ». Si vous lui répondiez : « Je sais, moi aussi je me trouve superbe », il s’éloignerait probablement de vous en pensant que vous êtes bizarre ! Notre société nous incite à voir dans l’affichage de notre amour-propre un acte traduisant l’égocentrisme et la suffisance. Cela nous vaut d’être rejetés. De ce fait, pour être aimé et soutenu par les autres, nous apprenons à taire nos sentiments d’amour-propre, voire nous prenons l’habitude de nous rabaisser aux yeux d’autrui. Au bout de quelque temps, nous sommes convaincus du bien-fondé de cette attitude, nous réprimons notre amour-propre et finissons par l’oublier.

C’EST NORMAL DE DÉSIRER CERTAINES CHOSES POUR SOI

En grandissant, vous avez appris que le monde ne vous appartenait pas et qu’il n’était pas possible d’obtenir tout ce que vous vouliez. Quand vous désiriez plus que ce que vous aviez, on vous amenait à vous sentir mal à l’aise et coupable d’égoïsme. Alors, en vue de trouver grâce aux yeux des autres, de leur être agréable, vous avez refoulé vos désirs. En conséquence, vous avez commencé à agir tel un robot : mimer la volonté des autres pour gagner leur amour et être accepté. Peut-être même avez-vous culpabilisé d’avoir des ambitions, des rêves, parce que vous aviez admis que c’était mal de penser ainsi à soi.

C’EST NORMAL DE VOULOIR SE RÉVÉLER TEL QU’ON EST

On laisse souvent entendre aux enfants que pour recevoir de l’amour, il faut qu’ils le gagnent. Vous en concluez que votre valeur ne réside pas en vous-même, mais en d’autres choses, telles que votre apparence, vos actes, votre réussite ou votre aptitude à faire ce qu’on attend de vous. Si lorsque vous étiez petit, l’amour qu’on vous donnait subissait de fortes fluctuations selon ce que vous faisiez, vous avez certainement fini par croire que votre valeur dépendait de votre capacité à faire plaisir aux autres. Votre amour-propre s’est dès lors défini en fonction de votre seule aptitude à être attentionné et généreux. Et c’est comme ça qu’on en vient à considérer que l’amour, ça s’achète…

C’EST NORMAL DE COMMETTRE DES ERREURS

Les enfants s’adaptent très vite à la notion d’amour conditionnel. Ils comprennent rapidement que quand ils se comportent bien, ils gagnent de l’amour et que lorsqu’ils font des bêtises, ils en perdent. À l’inverse, on trouve des parents qui souhaitent ardemment chérir leur enfant d’un amour inconditionnel. Quand ce dernier commet une faute, ils ignorent volontairement le problème et prétendent que tout va bien. En conséquence, l’enfant perçoit inconsciemment leur désapprobation, voire leur rancœur, mais il n’a aucune opportunité d’être pardonné. Dans les deux cas de figure, l’enfant sait qu’il n’est pas parfait et qu’il ne mérite pas les éloges qu’on lui fait. Il apprend à douter de l’opinion positive qu’on se fait de lui, tout en craignant d’être désapprouvé.

Vous n’êtes pas parfait, c’est pourquoi vous vous sentirez indigne d’un tel compliment. Petit à petit, vous perdrez foi en l’amour qu’on vous porte.

C’EST NORMAL DE VOULOIR EXPRIMER SA PERSONNALITÉ

Parce que vous ressentiez le besoin de plaire à vos parents pour être aimé d’eux, vous avez progressivement perdu votre spontanéité. Vous vous êtes soucié d’être comme les autres et avez perdu l’opportunité d’explorer et d’exprimer ce qui faisait de vous un être unique. Hélas, quand on étouffe sa richesse intérieure, on vit avec un sentiment de frustration et d’échec car on a sacrifié son potentiel en faveur d’une certaine forme de réussite. Une part de soi veut s’exprimer, mais l’autre est en quête d’amour et d’acceptation. On muselle donc la première pour que la seconde obtienne ce dont elle a besoin.

APPRENDRE À CROIRE EN L’AMOUR

Ce conditionnement social visant à obtenir de l’amour en se reniant soi-même a un effet désastreux : vous perdez la capacité de recevoir l’amour sincère qu’on pourrait vous porter ! Si une part de vous-même se cache sous un manteau d’apparences (que ce soit par un refus de vous exprimer pleinement ou par l’imitation des autres), vous ne pouvez tout bonnement pas croire en la sincérité de l’amour que les autres vous témoignent ! Sachant que vous faites justement tout pour leur plaire en vue de recevoir leur amour, c’est un comble ! Cela s’explique très simplement : dès qu’ils vous montrent de l’affection, une petite voix résonne en vous : « Ils ne penseraient certainement pas ça s’ils savaient qui tu es réellement ! ». Vous vous sentirez mal à l’aise avec les opinions positives qu’on émettra en votre faveur, parce que dans les efforts que vous prodiguez pour faire plaisir aux autres, vous n’exprimez jamais vraiment qui vous êtes.

Benjamin Leplat

Documentation : John Gray, Harold H. Bloomfield médecin psychiatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *